Section Tarnos - Seignanx

Section Tarnos - Seignanx
Accueil
 
 
 
 

Forte mobilisation des postiers : "Du jamais vu depuis 1995 !"

A Saint-Vincent de Tyrosse, le vent de la révolution citoyenne souffle.   Le message envoyé par les 80 facteurs et leurs soutiens réunis ce jeudi 16 février pour protester contre les suppressions de postes ne pouvait être plus clair. Suppression de tournées et d'emplois, surcharge de travail entrainant toujours plus d'heures non rémunérées, conditions de travail qui se dégradent à vue d'oeil : trop, c'est trop !     De tout le sud des Landes, les postiers étaient venus dirent leur ras-le-bol autour d'un casse-croûte convivial. Jean-Marc Lespade avait répondu présent pour leur apporter son soutien plein et entier. Devant le succès de la mobilisation, une manifestation spontanée a été organisée jusqu'au centre de distribution. Pendant qu'une délégation rencontrait le directeur du centre, dehors, les manifestants rappelaient que dans l'ensemble des services publics comme dans les privées, les conditions de travail et les acquis sociaux étaient attaqués, sous de faux prétextes, la même logique s'appliquant en réalité partout au détriment du service rendu : plus de profit, plus de profit, plus de profit.   Il est temps de remettre l'Humain d'Abord !   Extrait de notre programme pour le service public :  UN PACTE POUR UN NOUVEL ESSOR DES SERVICES PUBLICS Les services publics doivent satisfaire les besoins des populations et l’intérêt général. Ils doivent donc être préservés de toute soumission à des intérêts privés comme aux marchés financiers. L’éducation, la santé, la protection sociale, la recherche, l’énergie, l’eau, les transports, les télécommunications, le crédit, le logement, la Poste, la sécurité et la justice seront protégés comme notre patrimoine commun car ils assurent les conditions de l’égalité et de la citoyenneté. Nous ferons nôtres les objectifs du Pacte pour les services publics, adopté aux États généraux de janvier 2011, fondé sur le principe d’appropriation sociale, d’égalité et de solidarité, de reconquête du bien commun par le peuple dans le plein exercice de sa souveraineté et sur l’ambition d’un développement humain durable. Nous reconstruirons et développerons nos services publics. La RGPP qui les démantèle sera abrogée, les postes qui répondaient aux besoins collectifs et ont été supprimés par la droite seront tous rétablis. Pour que l’accès égal de tous y soit garanti, nous maintiendrons et reconstruirons les services publics de proximité et réviserons les tarifs, en appliquant le cas échéant la gratuité. http://www.pcf.fr/sites/all/themes/lacommune/images/fond_citation.png); background-attachment: scroll; background-origin: initial; background-clip: initial; background-color: #eeeeee; font-size: 15px; font-style: italic; padding-top: 10px; padding-right: 15px; padding-bottom: 10px; padding-left: 15px; background-position: 5px 5px; background-repeat: no-repeat no-repeat; margin: 20px;">La révision générale des politiques publiques (RGPP) Menée sous couvert de « responsabilité » et de « rationalisation », la RGPP est une terrible entreprise de démantèlement et d’application des normes du privé à la fonction publique. Mise en place en 2007 et poursuivie chaque année depuis, elle va du plus voyant (principe du nonremplacement d’un fonctionnaire sur deux ; embauche de salariés précaires en dehors des concours de la fonction publique ; logique managériale de gestion des universités à travers la loi LRU – voir encadré p. 79) au plus sordide (réduction de l’hébergement d’urgence, superprimes accordées aux préfets ou aux recteurs en fonction des postes supprimés). La RGPP dégrade le service rendu aux usagers, prive des territoires sinistrés de services publics et provoque de graves souffrances chez les personnels (multiplication des suicides). Nous développerons et créerons des services publics, définis démocratiquement par les citoyens, les salariés et leurs élus, assurant une répartition des richesses qui doit permettre l’effectivité des droits, et financés par une fiscalité juste et redistributrice, une taxation des revenus et des actifs financiers, la taxation des revenus du patrimoine ainsi que la suppression des exonérations de cotisations sociales patronales et des niches fiscales qui, aujourd’hui, profitent aux hauts revenus et aux grandes entreprises. Les moyens des services publics seront renforcés avec des financements dégagés de l’emprise des marchés financiers pour leur permettre de remplir leurs missions au service de l’intérêt général, en dehors de toute contrainte de rentabilité financière. Des critères d’efficacité sociale seront établis démocratiquement en li eu et plac e des critères marchands. La délégation de service public sera strictement encadrée. Il sera créé un nouveau statut d’Établissement public local citoyen inspiré des Epic. Ils seront dirigés par les collectivités, les salariés et les usagers. Les directions des entreprises publiques qui se sont acharnées à introduire la logique privée au détriment de l’intérêt général seront remplacées par des cadres compétents et attachés au service public. Les méthodes managériales inefficaces et cruelles introduites dans les services publics au détriment des salariés et des usagers, conduisant à une dégradation sans précédent des conditions de travail et de service jusqu’au drame, seront abandonnées. Nous étendrons et augmenterons la place des représentants du peuple dans la gestion des services publics. Les secteurs confiés au service public seront protégés de la libéralisation des marchés et de leur mise en concurrence. Le monopole public sera rétabli là où l’intérêt général le commande. Au plan européen et mondial, nous agirons pour le développement de coopérations publiques solidaires afin d’étendre et de renforcer les services publics : leur harmonisation ne pourra se faire que par le haut. Nous reviendrons notamment sur la directive « Services » (dite « Bolkestein ») et nous stopperons toutes les libéralisations entreprises notamment dans les secteurs du rail, du courrier et de l’énergie. De nouveaux services publics seront créés et développés, en particulier dans le domaine de la petite enfance. Un service public de l’information et de la culture, soustrait du pouvoir de l’argent et des pressions politiques, sera le garant du pluralisme et de l’exercice de la citoyenneté L’État garantira l’accès de chacune et de chacun à la pratique sportive de son choix tout au long de la vie. Il donnera au mouvement sportif les moyens de l’accomplissement de ses missions de service public.   Pour connaître l'ensemble de notre programme, cliquez ici !  

Il y a actuellement 0 réactions

Vous devez vous identifier ou créer un compte pour écrire des commentaires.