Section Tarnos - Seignanx

Section Tarnos - Seignanx
Accueil
 
 
 
 

Marie-George Buffet «Je ne comprends pas ce faux mea-culpa » de DSK

« Cette intervention ne méritait pas
25 minutes au journal télévisé de 20 heures, 
dimanche soir. c’était “  Parole à DSK”. Le New York Times a titré sur un scénario bien monté. C’est cette réalité qui me paraît choquante. On nous a dit qu’on allait connaître les faits et il n’en est rien. Il n’y a aucune justification avancée par DSK. Il parle de “faute morale”. 
Je ne sais pas ce que ça veut dire. S’il y a agression sexuelle, la justice doit passer. Il n’y a pas d’“excusez-moi”. Les seules excuses à faire sont celles qui devraient être faites aux femmes concernées, Nafissatou Diallo et Tristane Banon. Je ne comprends pas cette espèce de faux mea-culpa. Il n’y a pas eu un mot de regret par rapport à elles. De plus, l’équité de parole n’est pas respectée. Quand est-ce que TF1 donnera la parole aux présumées victimes ? Je suis pour la présomption d’innocence, mais il y a aussi des présumées victimes. Elles n’ont pas le droit de s’exprimer et de dire leur version des faits ? Au nom de quel pouvoir, cet homme a un droit de parole au journal télévisé de 20 heures quand elles n’ont le droit à rien ?      Au-delà de l’affaire DSK et de ces deux personnes, 
c’est le message envoyé aux femmes qui me met 
en colère. Vous êtes présumée victime, on met en doute vos paroles. On vous traite tout de suite de “fragile”. 
On remet en question la véracité de vos propos. 
Lui, par contre, ce qu’il dit, ce que disent les hommes, 
est automatiquement vrai. Aujourd’hui, toutes 
les femmes qui sont victimes de violences font un très long chemin pour oser dire les choses, pour s’adresser 
à la police et à la justice. Elles ont très souvent peur d’être stigmatisées et entendent des phrases comme : “C’est qu’elles l’ont bien voulu.” Et là, on leur envoie
ce message : “En fin de compte, vous avez raison 
d’hésiter à porter plainte.” C’est terrible. Sans compter 
ce décalage choquant entre la place accordée 
à Dominique Strauss-Kahn et celle consacrée à la rentrée extrêmement difficile pour les femmes et hommes 
de ce pays, avec menaces sur l’emploi, sur le pouvoir d’achat, et les inquiétudes face à l’incapacité 
des gouvernements à juguler la crise. » Propos recueillis par Audrey Loussouarn. Source : Article de l'Humanité du 20 septembre 2011  

 

Marie-George Buffet «Je ne comprends pas ce faux mea-culpa » de DSK