Section Tarnos - Seignanx

Section Tarnos - Seignanx
Accueil
 
 
 
 

CONSULTATION ELECTORALE DU 2 OCTOBRE 2011 : Proclamation des résultats par Jean-Marc LESPADE

 

2 793 électeurs se sont prononcés aujourd'hui, soit 30,08 % des électeurs. C'est une victoire de la démocratie ! Au-delà du phénomène abstentionniste auquel on assiste malheureusement à chaque élection, je me réjouis que les Tarnosiens soient mobilisés aussi nombreux sur une question importante et complexe. Je n'en suis pas surpris d'ailleurs ! Les Tarnosiens répondent régulièrement présents lors des moments participatifs que nous organisons régulièrement à Tarnos. C'est une victoire de la citoyenneté ! Cette forte participation, c'est la confirmation que, lorsque les conditions de la démocratie sont vraiment mises en place, les habitants savent s'en emparer, quoi qu'en pensent certains. Je remercie tous les électeurs qui se sont déplacés aujourd'hui dans les 13 bureaux de vote de la commune pour s'exprimer ainsi que tous ceux qui ont pris de leur temps pour participer à l'organisation du scrutin. Quel que soit leur avis, ils ont été nombreux, lorsque j'ai fait la tournée des bureaux de vote, à me remercier de leur avoir permis de donner leur avis. Je l'ai dit, cela reflète ma conception de la démocratie. Les élus n'ont pas la science infuse et, sur les grands sujets stratégiques, il est normal et même primordial de solliciter l'avis des habitants. Le résultat est net. A 1149 voix contre 1580, les Tarnosiens ont répondu « NON » à la question qui leur était posée :   « Au regard de votre vie quotidienne, pensez-vous que la commune de Tarnos et la communauté de communes du Seignanx doivent envisager de se joindre à la communauté d'agglomération Côte Basque Adour ? ».   L'analyse à chaud de ce résultat ne serait pas forcément juste. Ce soir en tout cas, je prends acte de ce message et, comme je l’ai toujours dit, je respecterai et défendrai scrupuleusement cette position partout où ce sera nécessaire. Ce vote maintenant terminé, nous allons pouvoir poursuivre le travail avec toujours plus de détermination à associer les Tarnosiens aux décisions de l'avenir. Notre commune se distinguait déjà dans le paysage des collectivités en organisant cette consultation : les Tarnosiens sont les seuls dans les Landes, les seuls en Aquitaine à avoir pu s'exprimer sur cette question de l'intercommunalité. Seule une dizaine de collectivités en France ont adopté cette démarche démocratique. Aujourd'hui, ce sont les Tarnosiens qui ont montré leur singularité en se rendant aux urnes ! Aujourd'hui, les Tarnosiens peuvent être fiers d'être Tarnosiens !

Consultation locale : Tarnos et le Seignanx vers l'agglomération ?

Fidèle à ses convictions, à l'expression démocratique des citoyens, le Maire communiste de Tarnos, Jean-Marc LESPADE, consultera, comme il  s'y est engagé, la population Tarnosienne sur l'avenir intercommunal de sa ville. Avant même de s'intéresser à la réponse que les Tarnosiens apporteront, il est important qu'un maximum de citoyens se déplacent aux urnes ce jour-là. Les conditions de votes sont identiques à chaque élection, et il est possible de faire faire une procuration à la gendarmerie en cas d'empêchement. La participation à cette initiative citoyenne est d'autant plus importante que seules 10 communes en France organisent une telle consultation, et ont pour certaines à subir des pressions très fortes de la part de l'Etat ou d'hommes politiques craignant des votes n'allant pas dans le sens de leurs ambitions. Dans le Seignanx, nous regrettons que cette consultation n'ait lieu qu'à Tarnos, privant les habitants des autres communes d'un débat aussi fondamental pour l'avenir.   Le Dimanche 2 Octobre, nous appelons donc avec force les habitants de Tarnos à venir se prononcer sur cette question :   LA COMMUNE DE TARNOS ET LA COMMUNAUTE de COMMUNES du SEIGNANX DOIVENT-ELLES ENVISAGER DE SE JOINDRE A LA COMMUNAUTE D'AGGLOMERATION COTE BASQUE ADOUR ?   Pour sa part, le Parti Communiste du Seignanx appelle clairement à voter "oui". Nous vous en exposons les principales raisons sur cette page. Vous trouverez également toutes les informations, études et positions des élus sur le site de la ville.    

affiche

Un pas de plus ensemble !

Demain, la coupure artificielle qui existe entre le Seignanx et l’agglomération bayonnaise semblera un lointain souvenir. Mais demain s’écrit aujourd’hui.  Dans les faits, nous autres Tarnosiens ne sommes pas bien différents de nos voisins Angloys, Bayonnais et Boucalais. D’ailleurs, un certain nombre d’entre nous viennent de ces villes, et nos enfants vont y passer leurs journées, à défaut de s’y installer.  Nous y profitons des commerces, des hôpitaux, des centres administratifs.  Eux viennent à Tarnos fréquenter notre médiathèque, nos plages, nos entreprises.   Alors oui, nous pouvons l’affirmer : les Tarnosiens sont déjà, quelque part, Angloys, Bayonnais, Boucalais, au moins autant que ceux-ci sont Tarnosiens ! L’Agglomération Côte-Basque Adour a besoin de nous, comme nous avons besoin de l’Agglomération ! Il est temps de réfléchir ensemble notre espace commun de vie.  Lorsque le Seignanx s’est constitué, certains accusaient Tarnos de vouloir faire main-basse sur ses plus petits voisins. Ce sont les mêmes qui, aujourd’hui, expliquent qu’il faut défendre le Seignanx face au loup que serait l’Agglomération Bayonnaise. 18 ans après sa création, nous sommes fiers de ce qu’est devenu le Seignanx, auquel les élus communistes ont grandement contribué. Mais ne nous y trompons pas : le dynamisme qui le traverse est étroitement lié aux capacités de financement de Tarnos. Or, celles-ci sont remises en cause par les différentes réformes territoriales entreprises ces dernières années par le Gouvernement. Nous l’avons toujours dénoncé, nous vous avons alertés, nous nous sommes mobilisés.  Une opportunité s’offre aujourd’hui à nous : à nous de la saisir ! Voilà un moment déjà que nous réfléchissons, discutons, comparons. Faire de la politique, c’est se projeter. Gouverner, c’est anticiper. Le train de l’avenir passe. Resterons-nous sur le quai ?     Avec Espoir, avec Confiance, avec Ambition, POUR NOUS, C'EST OUI !    

Le PCF de Tarnos appelle à voter "oui" à la consultation locale du 2 octobre

Le 2 Octobre les habitants de Tarnos auront à se prononcer démocratiquement sur cette question :   LA COMMUNE DE TARNOS ET LA COMMUNAUTE de COMMUNES du SEIGNANX DOIVENT-ELLES ENVISAGER DE SE JOINDRE A LA COMMUNAUTE D'AGGLOMERATION COTE BASQUE ADOUR ?   Ce 23 Août 2011, les communistes du Seignanx, réunis en Assemblée Générale, ont planché sur cette importante question. Le débat a été l'occasion d'échanges fructueux, sérieux et responsables. De nombreux élus tarnosiens et un de Saint-Martin de Seignanx étaient également venus expliquer le contexte national et local qui avait amené à cette réflexion.  Avec humilité, nous avons analysé les avantages et les inconvénients des 2 scénarios possibles. A savoir : le statu quo ou l'élargissement. Plusieurs arguments nous ont semblé décisifs :

  • L'augmentation de la population, avec notamment de nombreux jeunes couples venus de l'Agglomération
  • L'évolution culturelle qui pousse de plus en plus les jeunes tarnosiens à se définir comme basco-landais
  • L'attractivité des structures municipales tarnosiennes (école de musique, médiathèque, spectacles,...) qui sont de plus en plus fréquentées par des usagers habitant l'Agglomération
  • Le développement du monde associatif vers l'Agglomération, dans les domaines culturels et sportifs notamment (l'école multisports a par exemple doublé d'effectifs) ainsi que la complémentarité et l'imbrication historiques et culturelles des associations et structures associatives de Tarnos et Boucau (rappel : Boucau fait partie de l'Aglgomération depuis cette année)
  • Des sites naturels en pleine expansion (fréquentation du domaine de Castillon et des plages de la Digue et du Métro en augmentation)
  • Des structures sociales de très bonne qualité attirant naturellement les usagers de l'Agglomération (EHPAD, Foyer des jeunes Travailleurs...) au point que le Conseil Général de Pyrénée-Atlantique commence à en subventionner en plus du Conseil Général des Landes
  • Un tissus professionnel résistant à la crise dont les échanges avec l'Agglomération sont intenses (Pôle Bertin, port, zone industrielle, commerces locaux...)
  • ...
  En conclusion, après 2 heures de débat, riche du cheminement effectué ensemble au sein du Seignanx, nous avons considéré à l'unanimité moins une abstention, qu'il fallait franchir une nouvelle étape en votant favorablement à l'élargissement vers l'agglomération. Bien sûr, si les Tarnosiens votaient majoritairement oui, l'unification des deux intercommunalités ne se ferait pas dans la précipitation. Au contraire, cela donnerait le temps à nos élus - plusieurs années seront certainement nécessaires d'un point de vue administratifs -  afin qu'ils puissent négocier des accords favorables aux deux nouveaux partenaires. Plus les tarnosiens se seront déplacé pour aller voter, plus les exigences de nos élus auront de force, de légitimité, et donc de poids, dans ces négociations à venir.   Fidèle à nos valeurs, nous avons affirmé nos principes intangibles de solidarité, de coopération, de justice sociale, et de réponses concrètes aux besoins des populations. C'est donc sans ambiguïté que nous appelons les Tarnosiens à voter "oui".  

Remise de la consultation dans son contexte institutionnel, par JC Hiquet (PS Tarnos)

Jean-Claude Hiquet, adjoint au Maire socialiste de Tarnos, rappelle ici les enjeux territoriaux qui mènent à la réflexion sur la gouvernance la mieux adaptée à notre territoire. Le territoire ? Mais quel territoire au fait ? Pour Jean-Claude Hiquet, il s'emblerait qu'une agglomération en réalité plus grande encore que celle de l'ACBA et du Seignanx nous corresponde dans les faits.

 

Extrait :

On ne va pas refaire le coup de l’identité. Les landais, les autres, avec une frontière si possible, avec les « Charnegou » entre les deux. On ne peut parler des départements, avec les mêmes mots que ceux utilisés pour une nation.Certes nos ressentis nous appartiennent mais la vraie vie est faite de mélanges et s’implique dans un espace qui s’impose à nous. Les mélanges pour les territoires, c’est le rural et l’urbain, le rural étant aussi rurbain aujourd’hui.Un des critères retenus pour définir un territoire, semble particulièrement pertinent. Si étant donné 2 entités, 40% des emplois de l’une se retrouvent dans l’autre, elles ont vocation à se joindre dans le même territoire. Si l’on prend ce paramètre, c’est bien le territoire du SCOT qui concerne non pas uniquement Tarnos mais le Seignanx.Si l’on prenait les inscriptions scolaires c’est encore plus marqué et ce des le primaire. Pour les plus grands, Tyrosse, Lycée des Landais n’a jamais accueilli plus d’une dizaine de Tarnosiens. Pour les jeunes l’étude Mandouze avait souligné l’intérêt qu’il y aurait, dans le cadre de mises en place de politiques jeunesse, à tenir compte de l’influence bayonnaise.Donc, la géographie, l’économie, l’urbanisation, les déplacements de population déterminent un bassin de vie, une réalité, qui doit disposer d’une gouvernance.« Les faits sont têtus » et le politique ne peut que les constater et en tirer les meilleures conséquences.Aujourd’hui le constat est simple, Bayonne et son voisinage large, c’est-à-dire le périmètre du SCOT, constituent bien le territoire réel du SeignanxIl est sans gouvernance lisible. (...) Le rôle des élus est d’ouvrir les réflexions et non de les fermer.Il s’agit donc, de solliciter les tarnosiens, et donner ou non, mandat au Maire, pour proposer au Seignanx une évolution intégrée à son bassin de vie. IL s’agit ni plus ni moins de proposer la construction d’une gouvernance pour un territoire, qui pourrait avoir le périmètre du SCOT actuel.Le respect  des degrés de réflexion forcément différents, constitue une condition indispensable. Quel que soit le vote des tarnosiens, rien ne pourra se concrétiser dans l’immédiat. Les concertations seront indispensables. L’enjeu consiste à concilier la proximité et un rôle généraliste dévolu à la commune, avec l’efficacité de l’action qui implique une gouvernance pour notre territoire.   Un très beau plaidoyer : Pour une Gouvernance de notre Territoire.  

Consultation locale : Quel avenir intercommunal pour le Seignanx ?

le 16 August 2011

 

 

Entretien avec Henri DESTOUESSE, Secrétaire de la section du PCF du Seignanx.   Le Seignanx est aujourd'hui au coeur d'un débat difficile autour des questions d’intercommunalité. La Communauté de Communes risque de s’en trouver transformée. Qu'en pensez-vous ? Nous sommes effectivement confrontés à deux mouvements concomittants qui ne seront pas sans conséquence sur l’avenir du Seignanx. La mise en place d’une réorganisation territoriale sur fond d’asphyxie financière des collectivités, organisée par le Gouvernement, vise à transformer le paysage institutionnel de notre pays. Depuis 2008, ces réformes successives ont évidemment des conséquences importantes sur le Seignanx. Cela conduit sur certaines questions fondamentales à de profonds désaccords sur les réponses à apporter à ces changements. Cela a par exemple été le cas lorsque le passage en Taxe Professionnelle Unique a été décidé contre l’avis des maires des deux plus grosses communes du Seignanx (voir page 3). Alors que jusqu’ici les décisions étaient prises de manière consensuelle, en prenant en compte l’avis de tous, ce passage en force a brisé la confiance qui régnait alors. Depuis, ce climat ne cesse de se détériorer. Que pensez-vous du débat lancé à Tarnos sur un éventuel rapprochement de Tarnos et du Seignanx avec l'agglomération Côte Basque Adour ? Regardons les choses en face : les habitants du Seignanx vivent sur un territoire bien plus vaste que celui de leur commune : une grande partie des services publics nationaux que nous utilisons sont situés sur Bayonne (lycées, hôpital, assurance maladie, allocations familiales...), certains équipements sont largement utilisés par delà des frontières administratives (piscine, médiathèque, théâtre... ). C'est aussi à Bayonne que nous manifestons ensemble pour exprimer nos exigences dans les nombreux rassemblements organisés pour défendre nos droits et exiger une autre vision de la société. De la même façon, les habitants de l'Agglomération viennent de plus en plus à Tarnos, notamment  pour travailler. De plus, pour notre part, nous avons toujours œuvré avec nos camarades de Boucau, avec qui nous avons une histoire commune  depuis l’installation des Forges de l’Adour. Enfin je ne doute pas que la prochai ne Fête des Pins réunira, comme chaque année, basques et landais dans une même volonté de partage.   Pierrette Fontenas qui avait contribué fortement à forger la Communauté de Communes, pense que le Seignanx est désormais mature pour passer à l'étape supérieure. Si le Seignanx rejoignait l’Agglomération, perdrait-il son identité landaise ? Bien sûr que non ! Quoi qu’il arrive, nous resterons landais. Et nous serions loin d’être les premiers à créer une agglomération à cheval sur deux départements. Quant au Département des Landes, il continuera à soutenir nos projets, à investir dans nos écoles, dans nos festivités etc. Ne craignez-vous pas un rapprochement avec une agglomération dirigée par la droite ?  Cette approche politicienne, qui consi ste à régler les questions uniquement en fonction des pouvoirs politiques en place, offre peu de perspectives à terme et, en tout cas, elle fait peu de cas de la démocratie. Par ailleurs, quand on regarde les résultats des élections cantonales sur Bayonne, on peut se dire que, si la droite est actuellement en majorité à la mairie, rien n'est assuré sur l'ave nir : je vous rappelle que trois conseillers généraux socialistes viennent tout juste d'être élus à Bayonne. De plus, il ne manque pas grand chose pour changer la couleur politique de l’ACBA, comme quelques communes de gauche en plus, si vous voyez ce que je veux dire. Mais les communistes préfèrent – et de loin – les démarches qui s'appuient sur la réalité du territoire et sur la démocratie participative. C'est pourquoi ils dénoncent la réorganisation des intercommunalités en cours sans tenir compte de l'avis des populations. La consultation locale que le Maire de Tarnos met en place dans ce cadre est exemplaire de notre conception de la  politique. Nous ne pouvons que regretter que Tarnos soit le seul endroit de notre département où les habitants seront appelés à voter. Aussi, j'espère bien que le maximum de Tarnosiens saura se saisir de cette occasion pour dire clairement ses choix mais aussi pour affirmer son droit d'expression. Pierrette Fontenas qui avait contribué fortement à forger la Communauté de Communes, pense que le Seignanx est désormais mature pour passer à l'étape supérieure. N’est-il pas contradictoire pour les communistes d’envisager une fusion Seignanx-Agglomération bayonnaise tout en dénonçant la réforme des collectivités ? Absolument pas. Les communistes ont d’ailleurs été très actifs pour empêcher cette réforme d’aboutir. Mais, ce que nous y combattons vivement, ce n'est pas la taille des espaces coopératifs : la réflexion sur la pertinence des périmètres intercommunaux n’est pas forcément une mauvaise chose et on voit bien qu’elle s’impose peu à peu sur notre territoire. Nous contestons d’abord l'esprit de cette réforme qui porte une vision de l’intercommunalité reposant sur une intégration des territoires dans des superstructures qui décideraient à la place des communes. Nous contestons aussi la réduction de leurs capacités financières imposé par l’Etat. Notre combat n'est d’ailleurs pas nouveau. Cette philosophie était déjà présente dans les réformes précédentes que nous avons combattues. Par contre, nous sommes favorables à une véritable coopération intercommunale de projets, qui laisse toute sa place à l'échelon communal et aux habitants.   Pensez-vous que le poids de Tarnos ou du Seignanx dans l’agglomération pourra permettre de s’imposer comme partenaire au sein de ce grand espace intercommunal ? Je ne pense pas que les choses seront simples, d’ailleurs elles ne le sont pas non plus dans le Seignanx. Ce qui est certain, c’est qu’il y a des intérêts communs. Par exemple, dans les transports en commun, Bayonne, Tarnos et Ondres - pour ne citer qu’eux - ont les mêmes défis à relever et l’un ne le fera pas sans l’autre. Par ailleurs, nous pensons que ce qui est important, c’est le choix des habitants : s’ils choisissent d’aller vers l’Agglomération, je suis convaincu qu’ils sauront se faire entendre si besoin. Cette réforme donne des pouvoirs exorbitants aux Préfets pour organiser les intercommunalités de demain. Dans les Landes, comme ailleurs, le projet de schéma départemental de coopération intercommunale qui doit être adopté d’ici la fin de l’année. Même si le Préfet ne modifie pas pour l’instant le périmètre du Seignanx, il n'en a pas moins indiqué qu'il s'agissait d'une première étape. Son collègue des Pyrénées Atlantiques avait d’ailleurs dans un premier temps envisagé de rattacher Tarnos à la communauté d'agglomération Adour Côte Basque. Si la participation des Tarnosiens au vote du 2 octobre est forte, le Préfet pourra-t-il ignorer leur point de vue, même si Tarnos ne représente que la moitié de la population du Seignanx et que, là encore, nous ne pouvons que regretter que les habitants du Seignanx n’aient pas l’occasion de s’exprimer ?
 

affiche

Lu dans la presse

le 24 August 2011

Sud-Ouest du 3/10/11 : Le Non l'emporte, la participation aussi.   Sud-Ouest du 1/9/11 : Marie-Josée Espiaube : "Depuis belle lurette avec les Tarnosiens"   Le Journal du Pays Basque du 30/8/11 : Entretien avec Annie Jarraud-Vergolle, élue PS d'Anglet et candidate à sa réélection aux sénatoriales (voir notamment la 2ème partie de l'interview)   Sud-Ouest du 29/8/11 : Grenet défend le vote de l'agglo   Le Journal du Pays Basque du 27/8/11 : Vers une agglomération du Pays Basque... et du Sud des Landes   Le Journal du Pays Basque du 25/8/11 : L'Agglomération se prononce ce soir pour son élargissement au Sud des Landes   Sud-Ouest du 26/8/11 : Un débat très pointilleux : riches échanges à l'Agglo sur le futur territoire intercommunal   Sud-Ouest du 25/8/11 : Anglet : L'intercommunalité au coeur des débats   Le Journal du Pays Basque du 24/8/11 : Le conseil municipal de Bayonne invite le Seignanx au Pays Basque   Sud-Ouest du 23/8/11 : Les élus [de Bayonne] amendent le découpage préfectoral   Sud-Ouest du 20/8/11 : Un oui sous condition [du Conseil municipal de bidart]